La cigarette électronique est-elle vraiment sans effets secondaires ?

Cigarette électronique

Publié le : 19 mars 20225 mins de lecture

La question sur la dangerosité de la cigarette électronique reste encore controversée. En effet, les chercheurs ne partagent pas le même avis. Mais pour répondre à cela, il faut connaître les composants de l’e-cig et ses caractéristiques. Il est également important de savoir ce qui la différencie du tabac.

Que contient la cigarette électronique ?                  

Il n’y aucun mystère concernant la composition de la cigarette électronique. Avant tout, elle dispose d’un simple mécanisme de vaporisation. La batterie envoie de l’énergie à la résistance, qui va ensuite chauffer l’eliquide dans le réservoir pour le transformer en vapeur. Le eliquide en question est constitué de plusieurs éléments, notamment du propylène glycol et de glycérine végétale. À noter que le PG est utilisé dans l’industrie pharmaceutique et alimentaire depuis longtemps. Cette substance joue plusieurs rôles lors du vapotage. Elle sert de support pour les arômes et renforce le hit. L’e-liquide peut également contenir de la nicotine, le seul composant en commun avec la cigarette classique. Les chercheurs estiment que la nicotine n’est pas cancérigène. Elle est par contre très additive. Entre autres, la cigarette électronique est également composée d’arômes alimentaires, qui sont d’origine synthétique et naturelle. Ces dernières vont donner goût à la vapeur que vous inhalez. Sachez qu’il existe de nombreuses variétés d’arôme marché afin que chaque profil de vapoteur puisse trouver son goût personnel.

Qui est plus dangereux entre la cigarette électronique et le tabac ?

Un avis partagé par de nombreux chercheurs est que le tabac est plus dangereux que la vape. Cela en raison du fait que cette dernière ne contienne pas de monoxyde de carbone. Il s’agit une substance très toxique, contenue dans la cigarette classique. Aussi, l’e-cig ne contient pas les 4000 substances toxiques et cancérigènes qu’on trouve dans le tabac. Si un fumeur arrête donc le tabac et le remplace par la cigarette électronique, ses risques de développer de graves maladies, comme le cancer, sont donc fortement réduites. Au Royaume-Unis, des recherches scientifiques ont prouvé que la cigarette électronique est moins dangereuse au minimum à 95% que la cigarette classique. À noter que cette dernière cause la mort de plus de 75 000 personnes chaque année, et cela rien qu’en France.

La cigarette électronique n’a-t-elle donc aucun effet secondaire ?

Bien que les cigarettes électroniques ne présentent pas des risques de maladies graves, elle n’est pas pour autant anodin. Elle peut également présenter quelques effets indésirables. Entre autres, à force de vapoter fréquemment, vous aurez une sensation de sécheresse buccale. Il est donc important de toujours s’hydrater pour éviter ce gène. Aussi, un taux de nicotine élevé dans l’e-liquide peut provoquer des nausées, des maux de tête et des vertiges. Mais c’est remédiable ! Il est possible de réduire le taux de nicotine contenu dans votre cigarette électronique. Des quintes de toux peuvent également survenir dans le cas d’un taux de nicotine élevé. Une des possibles effets indésirables de la cigarette électronique est l’allergie. Cela concerne principalement les personnes allergiques à certains types de métaux, comme le nickel. La solution est d’opter pour un modèle qui n’en contient pas.

Comme le tabac, la cigarette électronique est déconseillée pour les femmes enceintes. Cela pour éviter des risques de grossesse extra-utérine, un accouchement prématuré ou encore une fausse couche. Malheureusement, des statistiques estiment qu’une femme sur trois continue de vapoter, ou de fumer pendant cette période, en France. Aussi, l’e-cig est déconseillé aux non-fumeurs. La nicotine présente dans la vape peut provoquer une addiction psychologique. Les non-fumeurs risquent de s’y habituer facilement. Si le vapotage est une alternative pour les fumeurs, les non-fumeurs peuvent créer des risques de vouloir essayer le tabac, l’addiction de base. On estime en France que 98% des vapoteurs sont des ex-fumeurs.

Plan du site